DigitalCMO

Bpi France est plus que jamais l’acteur central du financement bancaire de l’innovation dans l’Hexagone et aussi le principal animateur de l’écosystème des startups , à travers ses actions de communication. Par ses investissements dans les fonds, la banque publique d’investissement a injecté aussi d’importantes liquidités en 2016 dans le capital-risque français. Sauf retournement de tendance, cela devrait soutenir  l’investissement dans les startups après les élections présidentielles, mais pour l’instant, on a du mal chez Bpi France  à présenter un bilan chiffré positif dans ce domaine.

1,3 milliard d’euros investis dans l’innovation et ciblant 6 000 entreprises

Avec 1,3 Md€ en aides et financements octroyés en 2016 à plus de 6 000 entreprises, l’activité bancaire de financement de l’innovation est restée stable après plusieurs années de croissance, précise Bpi France. Les Prêts sans garantie (prêts amorçage et innovation) ont représenté plus de 350 M€ en 2016 (+15 %), les aides et programmes collaboratifs s’élevant à plus de 930 M€, financés en partie par le Programme d’Investissements d’Avenir (PIA). Surtout, Bpi France estime que ses actions ont permis d’insuffler un souffle positif sur le développement de l’innovation en France. Il est vrai que la Bpi a été très active au niveau de sa communication, pour valoriser ses actions dans ce secteur. La banque souligne, par exemple,  que l’activité du Hub a permis de réunir environ 30 000 personnes en 2016 autour de la mise en relation de grands groupes et de startups. Et plus de 50 groupes ont signé un partenariat visant à la mise en relation qualifiée avec des startups françaises, générant plusieurs centaines de contacts business, précise également la banque publique d’investissement.

Une activité de fonds de fonds soutenue en 2016

Au delà de l’activité bancaire, c’est surtout à travers le financement de l’activité de fonds que Bpi France espère faire émerger les startups de demain. L’activité d’investissement « Fonds de Fonds » a crû de 6%, pour s’établir à 729 M€ de souscriptions en 2016 dans 41 nouveaux fonds, après une croissance de 7% en 2015. Les souscriptions sont réparties de manière équilibrée entre les fonds de capital innovation et les fonds « small cap », aussi bien nationaux que régionaux, précise Bpi France. Cela devrait donc permettre de créer une activité forte dans le financement des startups en 2017. Pour l’instant, on a cependant du mal à identifier le bilan de cette activité. Interrogée sur le sujet la Bpi nous a précisé « qu’elle ne pouvait pas donner de chiffres détaillés sur les cessions des fonds investis par l’activité fonds de fonds.  A ce stade, le processus de collecte de ces informations est long et nos fonds sont encore jeunes ». « L’objectif lorsque nous investissons dans des fonds étrangers est d’enrichir l’offre disponible dans l’écosystème français en attirant des capitaux étrangers au bénéfice de start-up françaises, et d’accélérer le développement des sociétés françaises sur des marchés étrangers. L’idée ne consiste donc pas à déraciner des sociétés françaises, mais à accélérer la croissance de leur chiffre d’affaires en France comme à l’étranger » précise également Bpi France, en réponse à une de nos questions dans le cadre de la présentation de son bilan.

Pour de nombreux observateurs, cette activité ne débouche pas cependant sur un financement efficace des startups en France. La France compte en effet très peu de licornes, les startups tricolores continuent à privilégier les investisseurs de capital-risque américain pour s’internationaliser et de nombreux observateurs estiment qu’il faudrait un créer un fonds bien plus important pour enregistrer de véritable succès à l’américaine. De son coté, Bpi France met en avant son rôle en capital innovation qui a progressé de 13 % en 2016  à 191 M€ pour 53 entreprises. Cette croissance, précise Bpi France,  est due en particulier au succès du fonds Large Venture (Sigfox, Scality, Medday, Sequans, Gensight, Devialet, Vexim, etc.), en cohérence avec la forte croissance du nombre de levées de plus de 10 M€ observées dans l’écosystème français de l’innovation, mais aussi à la forte activité du Fonds Ambition Numérique (FAN), géré pour le compte du PIA, qui a investi près de 39 M€ en 2016 notamment dans Colibri, Splio ou encore Openclassrooms.

La Rédaction, Digital CMO


Articles récents