DigitalCMO

En 2018 au Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas , la délégation française de startups sur l’Eureka Park vient taquiner celle des Etats-Unis, avec 274 entreprises contre 280 pour les USA. Mais ce n’est pas la seule tendance lourde à retenir de cette édition 2018, lon de là !

chartoftheday_12427_la_france_en_force_au_ces_2018_n

Pour commencer, il faut rappeler que la présence de la France au Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas n’a jamais été aussi importante et que l’Hexagone est désormais pris au sérieux sur ce créneau : 274 startups françaises étaient présentes sur l’Eureka Park (autrement dit, une partie de leur présence était financée par l’Etat français), soit quasiment autant que la délégation étasunienne (280 entreprises). Mieux, l’ensemble des startups françaises présentes sur le salon atteignait 320, soit pratiquement 5 fois plus qu’en 2015. Dès l’ouverture du salon, il était acquis qu’elles se partageraient au moins 42 CES Innovation Awards.

Outre les innovations « attendues » chez les grands constructeurs du numérique, notamment dans les domaines des écrans souples, des assistants vocaux, des ordinateurs portables, des drones, etc., cette édition 2018 du CES confirme la tendance qui se faisait jour dès les précédentes éditions, à savoir la montée en puissance du numérique dans d’autres industries, comme l’automobile, le bâtiment, l’énergie, la santé… Avec environ 170 000 visiteurs attendus et 4 000 exposants, le CES de Las Vegas est aujourd’hui le plus grand salon mondial dédié aux nouvelles technologies, ce qui fait de l’événement une rampe de lancement de plus en plus appréciée par les constructeurs automobiles et leurs équipementiers. Parmi eux, ont peut notamment citer Byton, qui présente un SUV électrique doté d’un écran géant de 1,25 mètre de diagonale (vendu seulement 37 500 euros) ou encore Valeo et son concept de voiture urbaine électrique à 7 500 euros !

Par ailleurs, il faut noter que le salon a été victime le mercredi 10 janvier d’une panne électrique qui a duré plus de deux heures et qui n’a pas manqué d’amuser les délégations étrangères, dont les pays ont souvent été moqués par les Etats-Unis pour leur manque de professionnalisme. C’est notamment le cas pour la France, régulièrement citée comme un pays peu fiable. En l’occurrence ce « coup de la panne » du CES aura bien servi les intérêts hexagonaux.

La Rédaction, Digital CMO


Articles récents