DigitalCMO

Marqué par son échec dans les terminaux mobiles, revers qui a permis aux architectures ARM de se développer… et de venir le titiller aujourd’hui sur les serveurs, Intel investit lourdement sur le marché en devenir de l’automobile connectée et, demain, du véhicule autonome. Le géant du silicium débourse pas moins de 15,3 Md$ pour s’offrir la firme israélienne Mobileye, soit une prime de 34 % par rapport à la valeur boursière de cette société cotée à New-York.

Mobileye fabrique des caméras embarquées utilisées dans des fonctions de conduite assistée (comme les radars de recul) et entend bien être au coeur de la révolution annoncée des véhicules autonomes. Dans une note à ses employés, le patron d’Intel, Brian Krzanich, présente ce rapprochement comme le mariage « des yeux intelligents de la voiture autonome et du cerveau qui pilote ce véhicule ». Les deux entreprises travaillent déjà ensemble sur un partenariat avec BMW visant à déployer une première flotte de 40 voitures autonomes.

Et aussi 15 % du capital de Here avec BMW, Daimler et Audi 

Le montant dépensé par Intel pour se renforcer sur ce secteur en devenir a été jugé élevé par les investisseurs, qui ont sanctionné le titre (- 2 % environ dès les premiers échanges). Pour le géant du silicium, l’acquisition d’une société israélienne lui permet toutefois d’utiliser sa réserve de cash stockée dans ses filiales hors des Etats-Unis (13,6 Md$). La rapatrier dans l’Amérique de Trump lui coûterait 35 % de taxes.

En janvier dernier, Intel avait déjà pris 15 % du capital du spécialiste de la cartographie Here, aux côtés des constructeurs automobiles BMW, Daimler et Audi. Objectif de cet investissement : développer les technologies de navigation pour les voitures autonomes… déjà.

Crédit photo : portalgda via Visual hunt / CC BY-NC-SA


Articles récents