DigitalCMO

Forrester a publié une étude qui accrédite l’idée que le marché de l’IoT va passer en 2018 au stade commercial, alors qu’il s’agissait surtout d’expérimentations jusqu’à présent.

Dans son dernier rapport sur le marché de l’IoT, dédié aux prédictions pour 2018, le cabinet Forrester cite 10 tendances fortes qui vont selon ses analystes marquer l’année 2018.  L’ensemble pourrait être résumé par le fait que ce marché, qui n’a pas tenu ses promesses pour 2017 en termes de chiffre d’affaires, va passer en 2018 au stade de la commercialisation, alors qu’il était principalement à l’étape des tests et des expérimentations jusqu’à présent.

Les prédictions de Forrester sur les objets connectés peuvent être classées au sein de 10 rubriques :

  1. Le développement des objets permettant de passer commande vocalement va doubler en 2018 et concerner une grande part du Top 500 des marques, à l’exception du secteur de la finance et des métiers où le niveau de sécurité/ confidentialité doit rester très élevé.
  2. En même temps qu’elle va compliquer la tâche des entreprises et des marketeurs avec l’entrée en vigueur en mai 2018 de la GDPR (General Data Protection Regulation), l’Union va assouplir les règles sur la collecte de données via les objets connectés, ce qui devrait permettre aux entreprises françaises de combler une partie de leur retard sur leurs homologues d’Outre-Atlantique (35% des entreprises hexagonales “revendent” les données qu’elles collectent ainsi, contre 45% des entreprises étasuniennes).
  3. L’utilisation des objets connectés dans le marketing va fortement progresser (notamment avec les enceintes intelligentes comme Alexa d’Amazon, le Google Assistant ou les montres connectés. Par contre, Forrester estime que le chiffre d’affaires générés par la vente des objets grand publics dits “connectés” ne progressera pas dans les mêmes proportions.
  4. Les “best practices” vont conduire à un développement rapide du marché de l’IoT, non pas de bouche à oreille, mais par capillarité, sachant que de nombreuses solutions d’IoT seront traitées localement, sans passer par le cloud.
  5. En 2017, de nombreuses plateformes industrielles de l’IoT, qui se trouvaient au sein de clouds privés, ont migré vers de grands clouds publics, comme ceux d’Amazon, de Microsoft, d’IBM, etc. Cette tendance devrait, selon Forrester, fortement s’accentuer en 2018.
  6. Les plateformes de gestion des objets connectés et de la collecte    des données étaient jusqu’à présent réservées à des spécialistes et l’ergonomie n’était pas leur point fort. Cette situation va rapidement évoluer en 2018, notamment parce de nombreux salariés “non techniciens” travaillant au sein des services métiers ou des services dits “horizontaux”, comme le marketing, la finance ou les RH, demanderont à pouvoir utiliser plus facilement ces plateformes.
  7.  Le nombre de fournisseurs de plateforme de gestion de l’IoT va commencer à fortement se réduire, ce qui correspond à la fois à un phénomène mainte fois observé de concentration sur un marché en forte croissance et aux exigences de plus en plus grandes des entreprises utilisatrices et de leurs clients, notamment en termes de design et de facilité d’utilisation, ce qui demande des investissements financiers importants.
  8. Les solutions d’IoT devront pouvoir être déployées à l’échelle mondiale d’emblée, contrairement aux habitudes qui conduisaient les fournisseurs de solutions IoT sur des territoires limités.
  9. Les ensembles d’objets connectés feront l’objets de cyberattaques de en plus nombreuses et de plus en plus dangereuses, ce qui fera de la sécurisation des objets connectés l’un des principaux enjeux de 2018 et des années suivantes.
  10. Une des conséquences les plus visibles de cette exigence de traçabilité concerne la blockchain, qui sera de plus en plus utilisée pour valider la source des données recueillies.

Pascal Boiron, Digital CMO   


Articles récents