DigitalCMO

Depuis 10 ans, les ventes de serveurs informatiques, en valeur au niveau mondial, ont chuté de façon spectaculaire, obligeant les grandes marques informatiques à une transformation digitale importante.

Selon les prévisions de Gartner et d’IDC pour les ventes de serveurs en 2017, le marché mondial en nombre d’unités vendues devrait revenir au niveau de celui d’il y a 10 ans, en 2007, soit environ 9 millions de machines. Il faut en effet se souvenir que ce marché est tombé plus bas les années qui ont suivi 2008 et le début de la crise financière. En 2009, les ventes mondiales étaient tombées à leur plus bas niveau : 7,5 millions d’unités.

Ensuite, le marché des serveurs a retrouvé le chemin de la croissance : 8,8 millions d’unités en 2010, 9,5 millions en 2011, 9,6 millions en 2012, 9,8 millions en 2013, quasiment 10 millions en 2014 et quasiment 11 millions en 2015. Que s’est-il passé durant ces 6 années ? La principale explication est liée à la montée en puissance du cloud et à l’installation de millions de serveurs dans les datacenters.

La zone EMEA est la plus durement touchée

Dans ce contexte, c’est la zone EMEA qui apparaît la plus sévèrement touchée. La baisse s’est notamment amplifiée en 2016. Au quatrième trimestre, le nombre d’unités vendues a chuté de presque 5%, soit seulement 600 000 serveurs livrés. Plus inquiétant, le recul du marché en valeur s’est effondré : quasiment 13% de moins qu’au dernier trimestre 2015, soit 3,4 milliards de dollars.

La tendance reste la même pour 2017 : au premier trimestre, selon Gartner, le nombre d’unités vendues au niveau mondial a baissé de 4,2% par rapport au premier trimestre 2016 et le chiffre d’affaires généré de 4,5%.

Toutes les marques informatiques  subissent cette mutation y compris Microsoft

Toutes les marques sont impactées, ainsi que l’ensemble de l’écosystème des serveurs (systèmes d’exploitation, solutions d’administration, logiciels, processeurs…), mais le recul le plus spectaculaire est celui d’IBM, qui a revendu son activité serveurs au constructeur chinois Lenovo en 2016 : – 33,7% de ventes en moins en 2016. De fait, comme nombre d’acteurs historiques, IBM semble avoir des difficultés pour gérer sa « transformation digitale » et le changement de son modèle économique. Les revenus générés par l’intelligence artificielle et les autres nouvelles technologies sont encore loin de compenser la baisse du chiffre d’affaires d’IBM dans ses activités traditionnelles. HPE connait aussi des difficultés dans cette transition digitale tout comme Microsoft qui vient d’annoncer un plan de licenciement important au niveau mondial notamment dans les fonctions commerciales, marketing et support. Les raisons évoquées par la firme de Bill Gates sont liées à la mutation de son modèle vers le SaaS et le Cloud. Face à Amazon Microsoft a beaucoup investi pour rester avec Azure dans la course sur le marché du cloud.. Une stratégie qui passe aussi par l’adaptation de son modèle commercial et marketing;

Julien Corti, Digital CMO  

Crédit illustration : © yodiyim – Fotolia.com


Articles récents