DigitalCMO

Alors même que la transformation digitale a largement envahi la fonction Finance, la question se pose de l’évolution du métier de DAF. Censé conduire ce changement majeur au service de la performance globale de l’entreprise, le DAF est-il condamné à sa propre mutation ? Marc PUYOULET, Directeur Général du Cabinet HUDSON, acteur majeur en France et à l’International du conseil RH et du recrutement de dirigeants, nous éclaire sur les nouvelles attentes des entreprises dans la sélection de leur DAF.

 

Digital CMO – Avez-vous récemment identifié une évolution significative dans les profils de DAF recherchés par vos clients ? La maîtrise des technologies innovantes est-elle une qualité déterminante ?

Marc PUYOULET : Les profils de DAF recherchés par nos clients dépendent de la stratégie qu’ils initient ou conduisent, stratégie de transformation – et de développement – pour l’essentiel dans les temps présents.

A ce niveau, l’expertise en technologies innovantes et l’optimisation des processus qui en découle constituent bien évidemment des pré requis.

Dans tous les cas, les principales qualités recherchées chez un DAF seront sa polyvalence, son leadership et l’appui, clair, solide, concret, qu’il est en mesure d’offrir à un DG et un COMEX.

En effet, les données financières étant désormais issues de process automatisés et de mieux en mieux optimisés, la mission du DAF est plus que jamais d’aider à piloter la performance et d’apporter une plus value tangible, fiable et utile aux métiers. Il est devenu un vrai business partner.

En lien étroit avec les RH, il doit aussi veiller à gérer les talents au sein de ses équipes, en détectant les meilleurs profils et en identifiant les futurs dirigeants, en les développant et en faisant grandir tous les talents.

Digital CMO –  Ces changements se sont-ils accompagnés d’une évolution du portrait-robot du DAF idéal, tranche d’âge et filière de formation ?

Marc PUYOULET : L’enchaînement Ecole de commerce-Cabinet d’Audit-DSCG et DEC- Direction Financière reste un parcours privilégié, une sorte de voie d’excellence. Néanmoins, on voit de plus en plus de DAF issus de formations différentes, souvent techniques, en particulier des ingénieurs ayant validé des passages opérationnels et financiers – en M&A par exemple – à l’international, qui leur donnent une vision transversale, structurante et concrète du business.

De même, il n’est plus nécessaire d’afficher un grand nombre d’années d’expérience. Sans doute du fait de la parfaite maîtrise des outils digitaux et de l’automatisation sécurisée et efficace des données, la fonction s’ouvre de plus en plus à des jeunes issus de la génération Y.

L’évolution de la profession qui fait émerger des qualités d’analyses prédictives et de plus en plus prescriptives, requiert des compétences qui vont bien au-delà de la maîtrise de données financières brutes et totalement automatisées.

Digital CMO – Le digital est aujourd’hui présent dans tous les métiers, le Cabinet de recrutement HUDSON se sent- il menacé par l’émergence de plates-formes de mise en relation directe entre employeurs et candidats et l’omniprésence des réseaux sociaux, LINKEDIN en particulier ?

Marc PUYOULET : Les plates-formes, les réseaux sociaux ou les algorithmes peuvent sans conteste apporter une aide ponctuelle dans le recrutement de jeunes professionnels sur des postes assez formatés et dans des contextes de volume et de rapidité.

En revanche, dès qu’il s’agit de profils plus aguerris et qu’au-delà du projet professionnel s’invite une problématique plus vaste de projet de vie et/ou d’entreprise, la vision à 360° et les conseils personnalisés que peuvent apporter les consultants d’HUDSON font la différence tant auprès des clients que des candidats. On n’est alors plus dans le numérique : on est dans l’humain !


Articles récents