DigitalCMO

Le gouvernement a lancé une nouvelle initiative pour la transformation numérique  des TPE et PME.  Il s’agit d’un portail, France Num, destiné à mieux informer les entreprises et à financer des initiatives digitales. Une mise en relation  par le biais d’un programme complémentaire appelé activateur fait également partie du dispositif. Mounir Majhoubi devrait continuer à porter cette initiative dans le cadre de ses nouvelles fonctions à Bercy. 

Lancé  cette semaine  par Mounir Mahjoubi,  l’ancien secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre chargé du numérique, aujourd’hui rattaché à Bercy, France Num est sensé accélérer la digitalisation des TPE et PME françaises. Dans le  cadre de ses nouvelles fonctions, sous la  direction de Bruno Lemaire et Gérald Darmanin,  Mounir Mahjoubi  aura la tutelle  de la Dinsic (Direction interministérielle des systèmes d’information et de communication de l’Etat) et  les chantiers de  la modernisation de l’action publique et de la transformation digitale des PME dont le projet France Num fait partie.

France num : un portail d’information et de financement

France Num est un portail d’information dont l’objectif est d’accompagner sur le digital 1 million d’entreprises (sur un total de 3,8 millions de TPE/PME) et de réunir 1 milliard d’euros de financements sur 3 ans. Pour cela les entreprises pourront qualifier un projet de transformation digitale sur le site et activer un réseau de prestataires appelé activateurs. France Num est donc une place de marché du digital réservée aux entreprises de moins de 250 salariés et qui n’est pas originale par rapport à ce que peuvent offrir déjà des sites d’informations spécialisés comme Appviser ou des médias qui agrègent de l’information sur l’offre digitale.

En revanche, le volet financier est intéressant puisque les entreprises pourront demander des prêts sans demande de garantie. qui seront portés par l’État, la Banque Européenne  d’Investissement et la Bpi. Dans son communiqué de presse, France Num précise que les entreprises n’auront pas de garanties à fournir pour ces prêts, qui pourront aller jusqu’à 25 000 €. Leur remboursement s’étalera sur des périodes longues de 5 à 7 ans avec une enveloppe d’un milliard d’euros sur trois ans. Il reste à valider la manière dont va se dérouler l’attribution de ces prêts. La plateforme  est aussi engagée en région et au regard du nombre de partenaires institutionnels il n’est pas acquis que l’accès aux montants promis soit aussi aisé que cela.

 

 


Articles récents