DigitalCMO

DigitalCMO

Selon une enquête menée par Mitel auprès de 1 000 décideurs de huit pays européens, la question n’est plus de savoir quand, mais comment, les entreprises passeront leur communication dans le cloud. Six tendances résument cette enquête menée par la société d’études SpokingPolls pour le compte de l’un des leaders du marché mondial des communications d’entreprises.

Rachetée deux milliards de dollars en avril 2018 par le fonds d’investissement anglais Searchlight Capital Partners, la société canadienne Mitel dispose de nouveaux moyens pour mettre en place sa stratégie. Depuis environ deux ans, le développement de l’offre de de Mitel s’articule autour du cloud et des réseaux mobiles. Mitel mise principalement sur ses solutions UcaaS pour convaincre les grands groupes avec notamment le lancement en 2016 de sa plate-forme World Cloud s’appuyant  sur 14 datacenters répartis dans le monde dont un en France.

Mitel compte 3 800 employés et plus de 4 000 partenaires et a réalisé un chiffre d’affaires d’1,3 milliards de dollars en 2017. Présent dans plus de 100 pays, Mitel est le n°2 mondial sur le marché de l’UCaaS (source : SynergyResearch). Acteur historique sur l’équipement des centres d’appel et développant de nombreux services innovants, Mitel souhaite offrir avec World Cloud une solution suffisamment flexible pour permettre à ses clients de migrer en douceur vers le Cloud ou via un basculement direct s’ils le souhaitent.

C’est dans cet esprit de mutation vers le cloud que s’inscrit cette étude intitulée  « Le cloud et son adoption vus par les entreprises européennes » réalisée par la société d’études SpokingPolls. Cette enquête a été menée en Allemagne, Espagne, France, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède et Suisse. Ce sont au total 1 003 cadres d’entreprise tous secteurs d’activité confondus et avec une prépondérance de fonctions techniques (DSI, RSSI, Direction Technique, expert réseaux…) qui ont été interrogés par téléphone et par internet.

L’étude portait sur leur perception du cloud et de l’UCaaS (Unified Communications as a Service) ainsi que sur leurs motivations à migrer d’un modèle historique sur-site vers un modèle impliquant le cloud. Si l’adoption des solutions cloud -synonymes d’innovation pour une grande majorité des répondants-  semble inéluctable, Mitel propose un résumé de l’enquête en six tendances exposant les motivations et les freins (enfin ce qu’ils en restent) aux solutions UCaaS que nous avons agrémenté de commentaires et chiffres issus de l’étude.

1) Les décisions en matière de cloud sont prises sur une base réduite de critères

L’enquête montre que 77% des décisions prises  en matière de cloud s’appuient sur un critère unique et dans le cas des UCaaS, l’attention est naturellement portée sur la disponibilité du service. Les autres avantages, comme l’intégration des applications SaaS à des applicatifs métiers existants (comme un CRM) ne sont pas perçus à leur juste mesure et les besoins plus évolués (conférence, partage de document, mobilité) sont comparativement encore assez peu cités.

2) Les exigences croissantes en matière de sécurité IT poussent à l’adoption du cloud

Selon Mitel, les inquiétudes concernant la sécurité ont retardé l’adoption du cloud pendant plusieurs années. Près d’un tiers des entreprises ont lancé la virtualisation de leur SI et elles sont 94% à vouloir s’appuyer sur un réseau privé virtuel pour implémenter un projet de communication dans le cloud. Cette volonté de sécuriser et de fiabiliser le réseau de l’entreprise constitue une base favorable à l’apparition et l’adoption d’applications en mode SaaS.

3) Les UCaaS synonymes d’innovation

Les résultats de l’enquête ne font aucun doute : les entreprises européennes associent technologie cloud et innovation. 81 % des entreprises migrent leurs communications dans le cloud pour bénéficier de fonctionnalités innovantes. Cette tendance était déjà observée en France – 39% en 2017 – mais elle est ici encore plus prégnante au vu des résultats de la dernière enquête (88% en France).

4) Le bon équilibre entre recherche d’indépendance vis-à-vis d’un fournisseur et besoin d’être adossé à un spécialiste du cloud

La Grande-Bretagne et l’Allemagne se révèlent être les pays valorisant le plus l’expérience et le savoir-faire des fournisseurs avec respectivement 71% et 70% de réponses dans ce sens alors que 55 % des sociétés françaises privilégient le recours à un spécialiste du cloud et des communications unifiées. A noter que les éléments contractuels supplantent les questions techniques liées à la réversibilité des données même si ce dernier point constitue un aspect clé de la négociation sur les SLA (service level agreement/engagement de service) où la technologie cloud n’est plus perçue comme un obstacle.

5) Les coûts de migration comme poste principal du retour sur investissement

84 % des répondants français identifient les coûts de migration de l’architecture comme étant l’élément essentiel dans le calcul du RoI contre 41 % en 2017. Sur la base des moyennes, et avec toutes les précautions qu’elles impliquent, il ressort que ce sont les coûts de réversibilité et de gestion du changement qui occupent la deuxième (49%) et troisième place (41%).

6) La mobilité et le télétravail : défi et opportunité à la fois

Mobilité et télétravail sont souvent présentés par les acteurs du marché comme deux facteurs de développement des solutions de communication dans le cloud. A la date de l’enquête, 41% des entreprises sondées disposaient de travailleurs mobiles et 14% indiquaient avoir recours au télétravail.

Pour télécharger l’étude complète :

https://www.mitel.com/fr-fr/en-savoir-plus/centre-de-ressources/le-cloud-et-son-adoption-vus-par-les-entreprises-europeennes-wp

Crédit photo : https://www.pexels.com/

 


Articles récents