DigitalCMO

La startup français Rythm a conçu un bandeau connecté, Dreem, permettant de mesurer et optimiser la qualité du sommeil. Elle lève 10 millions d’euros auprès de Maif Avenir, un an à peine après avoir bouclé un tour de table du même montant.

Les objets connectés ont ouvert de nouvelles perspectives pour la médecine, notamment en permettant l’enregistrement des données physiques et médicales du grand public au quotidien. En se concentrant en priorité sur le sommeil, la société française Rythm promet, elle, de donner un sacré coup d’accélérateur aux neurotechnologies. En effet, la baisse générale de la qualité de sommeil est devenu un vrai problème de santé publique en France : on estime ainsi que 30% des français dorment moins de 6 heures par nuit (en deça du seuil réparateur) et 69% ont des rythmes de sommeil déréglés. Le sujet est donc très vaste, sans véritable solution médicale ou technologique et surtout le grand public est relativement peu sensibilité à son impact extrêmement négatif sur la santé.

Dreem : un condensé de technologies innovantes

La startup a développé un bandeau connecté mesurant le sommeil, proposant des programmes sonores et des conseils personnalisés sur la base des données remontées. La richesse de Dreem vient d’abord de sa capacité à collecter et restituer des datas : score de sommeil intelligent, hypnogramme détaillé, profil et tendances de sommeil, etc. Beaucoup de variables que le porteur du bandeau peut ensuite analyser depuis un dashboard web et mobile. Mais là où Dreem nous amène très loin, c’est sur l’exploitation en direct, en embarqué et en automatique de ces datas. Grâce à un ordinateur miniature et des algorithmes d’intelligence artificielle, Dreem adapte ses interactions en fonction des datas collectées. Il propose ainsi :
– des programmes sonores (musique, words, ambiance, programme de méditation, exercice de respiration) permettant de réduire le temps d’endormissement jusqu’à -30%.
– des stimulations sonores influant sur l’activité cérébrale pendant le sommeil : des « bruits roses » sont envoyés à des moments clés et rallongent, optimisent et augmentent la fréquence des périodes de sommeil profond. Cette découverte est d’ailleurs à l’origine de la création de Rythm.
– un réveil intelligent, Smart Alarm : il réveille au moment optimal en fonction de des phases de sommeil, et en toute discrétion grâce à notre technologie de conduction osseuse.

Tout au long de la conception de son bandeau, Rythm s’est entouré des meilleurs scientifiques et a collaboré avec les meilleures écoles : Bard College, ESPCI Paritech, Polytechnique et des spécialistes comme Emmanuel Mignot (Directeur du Centre du Sommeil de l’Université de Stanford) ou Christof Koch (Président de l’Institut Alen pour les Sciences du Cerveau). Les 2 levées de fonds successives ont également permis de recruter plus de 50 chercheurs et techniciens de très haut niveau. Si le bandeau est encore certainement trop cher (499€) pour envahir massivement le marché grand public, il est déjà un support scientifique exceptionnel.


Articles récents