DigitalCMO

Avec cette levée de fonds, la start-up française finance son programme de constellation de 25 nanosatellites dédiés à l’Internet des objets qui seront lancés en 2022. Cette opération devrait réduire les coûts de la mise en réseau d’objets connectés.

En juillet dernier, Digital CMO consacrait un article à cette société se présentant comme un « opérateur satellitaire indépendant et privé, fournisseur de connectivité » déjà opérateur pour le compte du CNES du système Argos composé de plus de 20 000 balises terrestres et de sept satellites.

Lors de la présentation du projet au dernier salon international de l’aéronautique et de l’espace (SIAE) du Bourget en juin 2019, Alexandre Tisserant, directeur général de Kinéis, précisait que « notre ambition est de proposer une offre de connectivité globale car 90% de la surface de la terre ne sont pas encore concernés par les solutions de connectivité terrestres ». Kinéis finalisait alors une levée de fonds d’une centaine de millions d’euros pour lancer la production de 25 satellites destinés à assurer la connectivité de millions d’appareils dans le monde.

Le projet est de placer en orbite polaire -à 650 kilomètres de la terre- une constellation de 25 nanosatellites (25 kg et 20 sur 40 cm) capables de fournir une connectivité hybride entre réseau satellite et réseau-terrestre. Ainsi avec cette solution satellitaire, les objets mobiles traversant des zones actuellement démunies de couverture par des infrastructures terrestres pourront être connectés.

Début février, Kinéis a annoncé une levée de fonds de 100 millions d’euros réalisée auprès du groupe CLS (Collecte Localisation Satellites) dont elle est une filiale mais aussi auprès du CNES,  Bpifrance via le fonds Sociétés de Projets Industriels (SPI) financé par le Programme d’investissements d’avenir et la Banque Européenne d’Investissement, l’Ifremer, Thales, CELAD, BNP Paribas Développement, HEMERIA et d’autres partenaires industriels et financiers. C’est la plus importante levée de fonds du New Space français selon la Presse.

« Jusqu’ici réservée aux institutions et aux élites, cette technologie va devenir accessible au plus grand nombre notamment parce que les émetteurs, miniaturisés, et le service mensuel seront moins chers » a déclaré à Reuters Christophe Vassal, président du comité de surveillance de Kinéis. « Les 25 satellites de la constellation vont nous permettre de traiter 100 fois plus de balises qu’aujourd’hui pour parvenir à quelque deux millions d’objets connectés. »

Site web : https://www.kineis.com





Articles récents