DigitalCMO

A l’honneur lors du salon VivaTech 2019 mais également lors d’un sommet organisé à l’Elysée le 15 mai dernier par Emmanuel Macron, la Tech for good  se veut éthique sur les plans environnementaux, sociaux et sociétaux.

Après Mark Zuckerberg l’année dernière, Emmanuel Macron avait choisi Jack Ma, PDG du groupe Alibaba géant de l’e-commerce chinois, comme invité vedette de son second sommet Tech For Good organisé pour  « engager les entreprises du numérique à agir pour le bien commun ». Ainsi le 15 mai dernier, 80 dirigeants de grandes entreprises, startups, associations, acteurs de l’écosystème numérique mondial mais aussi les représentants d’une dizaine de pays ont été reçus au Palais de l’Élysée avec cinq ateliers de travail au programme : l’accès à l’éducation, la diversité, le travail, l’inclusion sociale et la protection de l’environnement. En conclusion de cette journée, 44 entreprises se sont engagées à placer 30 % de femmes à des postes de direction d’ici à 2022 tandis que d’autres entreprises ont annoncé des subventions destinées à soutenir l’entrepreneuriat, la formation ou l’emploi.

Une tech éthique, citoyenne et responsable mais attention au techno greenwashing

Lors du salon VivaTech de Paris (16-18 mai), la Tech for Good était l’une des quatre grandes thématiques du salon présentant « les innovations digitales et technologiques au service d’une nouvelle économie plus inclusive et plus solidaire pour une croissance durable et vertueuse. »  Une centaine de startups était exposante avec de nombreux projets. De Neutral News qui détecte les fake news à Alert Gasoil  qui aide à réduire la consommation de carburant grâce au big data sans oublier Inalve qui commercialise des farines de microalgue  ou  Elichens et ses capteurs optiques réduisant le coût de la consommation électrique, le vertu était à l’honneur. Bon, si nous ne nous permettrons pas de douter de la sincérité de ces startups, quelques voix se sont fait entendre pour critiquer ces opérations éthiques des GAFA et autres géants du numérique. Si la volonté d’une Tech éthique est honorable et nous ravit, permettez-nous d’espérer que l’opération se s’apparentera pas pour certains à un greenwashing techno.


Articles récents