DigitalCMO

Le capital-risque a horreur du vide. Les levées de fonds continuent tant en Asie qu’aux Etats-Unis mais dans les secteurs de l’après-crise. Selon les données de la National Venture Capital Association, 285 entreprises liées à l’IA aux États-Unis ont levé 6,9 milliards de dollars au premier trimestre de 2020. Loin de ralentir, le mouvement semble même s’accélérer dans le financement des startups de l’intelligence artificielle.

Selon les chiffres donnés par la National Venture Capital Association, si le mouvement se poursuit sur 2020, les montants investis seront supérieurs à 2019. Sur l’année passée les startups de l’IA avaient levé 18,05 milliards de dollars. Rien que ces dernières semaines, plusieurs levées de fonds significatives ont eu lieu.

Biocatch a annoncé une levée de fonds en IA de 145 millions de dollars. La société Edited a levé 29 millions de dollars dans le machine learning. Awake Security a récolté 36 millions de dollars dans la sécurité en IA. Sur le sujet très sensible de la gestion et protection des identités, Onfido a levé 100 millions de dollars et pour la société FarEye ce sont 25 millions de dollars dans la gestion prédictive de la supply chain. Des exemples qui viennent  illustrer le dynamisme des levées de fonds dans ce secteur mais qui témoignent aussi des besoins qui semblent s’amplifier avec la crise actuelle.

Selon les chiffres donnés par la revue Venure Beat, la performance des startups de l’IA  sur ce trimestre est d’autant plus remarquable que l’ensemble du marché des levées de fonds aux Etats-Unis régresse un peu ce trimestre par rapport à 2019. Sur le premier trimestre 2020 ce sont 34 milliards dollars qui ont été investis par les VC contre 38 milliard dollars un an auparavant.

Les startups IA : les pelles et pioches du futur digital post-crise

Même si la dynamique en faveur des investissements dans l’IA ne datent pas de la crise du Covid-19, les besoins qui ont émergé dans différents usages ont montré que la plupart des services digitaux devaient passer un cap technologique. Le premier besoin criant a été celui du nombre exponentiel d’utilisateurs à gérer dans les services de télétravail, de visio conférence ou de cours en ligne.

Gérer autant de nouveaux utilisateurs nécessite une agilité informatique que peuvent fournir les startups de l’IA dans le domaine de la sécurité, de la gestion des identités, des transactions financières ou encore de  protection des données. L’exemple de la faille de sécurité du service de visio conférence  de Zoom est d’ailleurs un exemple concret des soucis de  toutes les startups positionnées sur ces services pour l’avenir.

Pour certains analystes, ces startups de l’IA sont donc bel et bien les pelles et les pioches dont le digital a besoin dans tous les domaines de l’IA. Comme lors de la ruée vers l’or, ce ne sont pas les chercheurs d’or qui vont s’enrichir le plus mais bel et bien ceux qui vont leur fournir les pelles et pioches pour creuser leur filon.





Articles récents