DigitalCMO

Le marketing durable sera-t-il l’une des tendances clés à venir ?  Avec les évolutions actuelles en matière de développement durable mais aussi sociétales sur la protection des données ou encore la saturation digitale, c’est possible. En partenariat avec Marketo, une société d’Adobe, nous avons interrogé Amélie Rouvin de la direction développement durable du Groupe Veolia.
Développement durable, responsabilité énergétique des entreprises, empreinte durable de l’informatique et du digital, marketing durable, Amélie Rouvin aborde, avec franchise et conviction, tous ces sujets qui seront au cœur des comportements des consommateurs et des entreprises demain.

C’est en novembre dernier que Digital CMO a rencontré  Amélie Rouvin, responsable engagement ressources & économie circulaire au sein de la direction développement durable du Groupe Veolia. Lors de cette interview, Amélie Rouvin présente ce groupe français de 171 000 personnes développant trois activités principales (gestion de l’eau, énergie, déchets) et s’impliquant dans le développement durable avec par exemple la mise en place de boucles courtes d’économie circulaire ou l’utilisation de solutions digitales.

Spécialiste des questions environnementales, conférencière, Amelie Rouvin rappelle l’évolution du développement durable depuis les années 90. Selon elle, c’est d’abord la question environnementale qui a prédominé avec les sujets du dérèglement climatique, de la perte de biodiversité ou de la raréfaction des ressources puis les thèmes sociaux et sociétaux se sont additionnés. « Aujourd’hui on parle de la raison d’être des entreprises » précise-t-elle pour expliquer que dorénavant la question concerne les entreprises avec de nouvelles contraintes juridiques écologiques mais aussi un besoin d’éthique des consommateurs.

Le numérique : impact et solutions

Avec la croissance fulgurante du numérique, son impact environnemental est  considérable assure Amélie Rouvin qui livre des chiffres clés et des exemples probants dans la vidéo. Avec 4 milliards d’utilisateurs d’internet dans le monde et 34 milliards d’équipements, l’empreinte environnementale équivaut à un septième continent qui devrait doubler voire tripler d’ici 15 ans en raison de la consommation électrique, des équipements et des data centers. « Chaque action a un impact qu’il faut considérer » rappelle Amélie Rouvin. Il faut savoir précise t-elle dans cette vidéo que chaque email avec une pièce jointe équivaut à une ampoule basse consommation allumée pendant une heure. Et chaque année se sont 2600 milliards d’email qui sont envoyés rappelle-t-elle.

Des solutions existent heureusement pour réduire l’impact du numérique.  Même si les solutions smart ne suffiront probablement pas et qu’un usage modéré et sobre s’impose selon Amélie Rouvin, les réponses se trouvent par exemple en éco conception pour lutter contre l’obsolescence programmée ou en optimisation des data centers véritables gouffres à énergie. Des stratégies marketing combinant exigence des consommateurs et développement économique existent. Plus globalement il est nécessaire que “le digital et la tech deviennent plus responsables et portent de nouvelles valeurs conclue Amélie Rouvin dans cette vidéo documentée.

En savoir plus avec la vidéo :

 





Articles récents