DigitalCMO

Mark Zuckerberg et Emmanuel Macron en avaient fait  le thème principal de leur échange à l’Elysée il y a peu de temps. Le sujet des fakes news et des contenus illicites est devenu l’un des enjeux majeurs de l’avenir des réseaux sociaux. Facebook semble vouloir agir dans ce domaine comme en témoigne ces statistiques publiées par Statista.

Facebook a publié des chiffres indiquant le nombre de contenus illicites sur lesquels il a agi au cours d premier trimestre de 2019. Le contenu que Facebook tente de réguler se divise  en huit catégories: violence graphique, nudité et activités sexuelles pour adultes, propagande terroriste, discours de haine, intimidations et harcèlement, nudité et exploitation sexuelle, biens réglementés (drogues et armes à feu) et le dernier -mais non le moindre-  est le spam.

Selon ces chiffres donnés par Facebook, entre janvier et mars de cette année, 1,8 milliard de messages classés comme spam ont été supprimés de Facebook, ce qui représente 96% de l’ensemble du contenu pris en compte (hors faux comptes). 34 millions de messages contenant de la violence et du contenu graphique ont également été supprimés ou ont fait l’objet d’un avertissement. Dans ce chiffre, 99% ont été détectés et signalés par la technologie de Facebook avant leur publication. De même, 97% de tous les posts supprimés ou signalés comme contenant de la nudité ou des activités sexuelles adultes ont été localisés et identifiés automatiquement avant d’être signalés. Au total, 19 millions ont reçu des étiquettes d’avertissement ou ont été supprimés au total.

En revanche, la technologie de Facebook de régulation a nettement moins réussi à identifier les publications contenant des discours de haine. Sur les quatre millions de contenus pour lesquels la société a agi par rapport à un discours de haine, seuls 65% ont été signalés par Facebook avant que les utilisateurs ne signalent une violation des normes communautaires de la plate-forme. Enfin Facebook a donné des indications sur les faux comptes. Au cours du premier trimestre de l’année, plus de deux milliards de faux comptes ont été désactivés et la plupart d’entre eux ont été supprimés quelques minutes après l’enregistrement.


Articles récents