DigitalCMO

L’agence Equancy&Co présidée par Robert Zarader a lancé le site 11mai2020.co pour observer les changements du « monde d’après » dans six domaines : santé, travail, vie politique, consommation, mobilité, culture sport & loisirs.
Pour Robert Zarader, conseil politique de très haut niveau et expert reconnu en communication corporate, la fraternité exprimée pendant le confinement doit être encouragée et des débats doivent reprendre leur place en France.

Vincent Biard – Quel est l’objectif du site 11mai2020.co ?

Robert Zarader – Il y a deux raisons principales à la création de ce site. D’abord, il y a eu énormément de choses le 11 mai 2020, le jour du déconfinement, sur le monde d’après. Il y a eu une inflation d’intellectuels et d’experts de tous bords sur ce que serait ce monde d’après. Je pense qu’il faut déjà s’exprimer sur le monde « de maintenant ». Ce qui nous intéresse est de recueillir les initiatives au jour le jour en donnant rendez-vous dans une année pour savoir si nous sommes toujours dans le monde d’avant ou si l’on a commencé à construire autre chose. La deuxième raison est qu’avec toute l’équipe nous organisons depuis quelques temps des débats en présentiel et des webinars sur des sujets de société diverses avec des personnalités différentes. A travers les articles du site, nous voulions exprimer nos propres réflexions sachant que c’est ouvert et nous accueillerons des contributions extérieures.

Vincent Biard – A qui s’adresse le site ?

Robert Zarader – A tous les gens qui nous suivent avec notamment pas mal de participants aux « Petits débats » que nous organisons en public chez Equancy&co et qui réunissent des experts et des personnalités. 11mai2020.co s’adresse aussi à nos clients qui souhaitent sortir de leur quotidien. Le lectorat est très éclectique comme nos « Petits débats » qui réunissent des gens de l’entreprise mais aussi des journalistes ou des politiques. C’est très ouvert et volontairement porté sur des sujets de société.

Vincent Biard – Et qu’attendez-vous du monde d’après ?

Robert Zarader – Ce que je pense que nous devons attendre du monde d’après est la correction d’un certain nombre de révélations que nous avons eues pendant cette crise. Des gens ont ainsi découvert que les gamins dans les banlieues vivaient dans les halls d’immeubles parce qu’ils habitent dans des appartements très petits et qu’ils y sont nombreux. Nous avons pu aussi constater les différences entre le monde urbain et le monde rural où, contrairement à ce que l’on pense, le confinement y a été mal vécu car il a accru la solitude  Certains ont vécu le confinement comme des vacances grâce à leurs résidences secondaires. Toutes ces inégalités, sans parler des inégalités plus marquées qui ont touché les soignants ou les cheminots, sont apparues sans pour autant surprendre des observateurs plus attentifs de la vie sociale.

Vincent Biard – Le monde d’après sera-t-il vraiment changé avec notamment des gens plus proches de leur famille et prêts à moins consommer ?

Robert Zarader – Sur le monde d’après, il y a plusieurs choses à constater selon les études d’opinions. Sur un grand nombre d’items, sur le changement de système économique pour le rendre plus juste sans forcément renverser le système capitaliste, sur les services publics, sur la santé, sur l’environnement comme bien commun par exemple, il y a entre 60 et 90% des Français qui sont d’accord. Le chemin n’est pas ensuite nécessairement le même. Il faut remettre du débat dans ce pays. J’ai récemment publié une tribune dans Le Monde que j’aurais aimé intituler « La place de la discorde » et que Le Monde a titré autrement. Il faut remettre du débat et de la controverse, ce pays ne discute plus mais s’insulte. Nous sommes dans des silos et les penseurs de cette nouvelle société que l’on construit ne débattent pas mais s’invectivent. Cela construit des populismes, des impasses, une France fermée et jalouse. Je crois qu’il y aune valeur républicaine centrale, c’est la fraternité. Durant la période du Covid, on a vu beaucoup de signes de fraternité micro-sociétale. C’est quelque chose qu’il faut remettre au cœur du fonctionnement de la société française et du débat politique. Le Gaulois réfractaire est aussi celui qui adore débattre. La Renaissance française, les Lumières, la philosophie politique contemporaine , la sociologie analytique doivent beaucoup à l’esprit des français , et pas seulement des élites..

Sites web :
https://11mai2020.co/
http://www.equancy.fr/fr





Articles récents