DigitalCMO

DigitalCMO

Spécialisée dans le développement de solutions innovantes pour le sport, la startup Kapp10 a accompagné plus de 350 organisateurs d’événements en 2017. Elle publie en ce début d’année une étude sur la digitalisation des événements Trail et Running en France.

En 2017, la France n’a jamais connu autant d’événements sportifs grand public : entre 15 000 et 20 000, selon différentes estimations (sport.gouv.fr, Sportlab ou la FFA). Au total, cela représente plus de 10 millions de sportifs amateurs engagés (dont près de 5 millions sur les seules compétitions running) et un chiffre d’affaire global d’environ 1,2 milliard de dollars. Pourtant, ce marché en pleine croissance a encore besoin de se structurer : les événements running notamment se sont multipliés sans contrainte et certains se retrouvent maintenant en concurrence. Les organisateurs, essentiellement des associations sportives, sont donc aujourd’hui à la recherche d’éléments de différenciation et cela passe par une profonde transformation digitale.

Réalisée auprès de 214 organisateurs, l’étude révèle d’abord que le digital est une part très largement minoritaire du budget global d’un événement : pour 62% des répondants, elle est même inférieure à 10%. Si l’inscription en ligne (93%), le site (87%) et les réseaux sociaux (76%) sont déjà très utilisés, des solutions émergentes comme le suivi live, les applications mobiles ou la photo personnalisée sont peu exploités. Plus étonnant peut-être, moins d’1/3 des organisateurs ont recours à des plateformes d’emailing, alors que cela reste aujourd’hui encore le moyen le plus efficace et le moins cher d’informer sa communauté de participants. Le principal frein au déploiement de ses outils est bien sûr le budget mais également le fait que le digital soit porté par un bénévole dans 76% des cas.

Télécharger le document

Un manque d’action digitale en faveur des sponsors

Maillon essentiel dans l’écosystème des événements sportifs, les annonceurs souffrent de ce manque de digitalisation, comme le souligne Hugo Steiner, ancien responsable événementiel chez Brooks Running, dans une interview accordée à Kapp10. L’enquête révèle ainsi que seuls 39% des événements ont proposé une solution digitale à un partenaire annonceur. Et cela se limite bien souvent à un encart publicitaire sur le site web ou une promotion sur les réseaux sociaux. Là encore, des véritables solutions permettant de mesurer le ROI d’une campagne sont trop peu utilisées (emailing, coupon de réduction, content branding, etc.).

Pour leur croissance et parfois pour leur survie, les organisateurs d’événements sportifs devront progressivement intégrer ces solutions. Les plus gros événements l’ont compris depuis quelques années, le reste du marché commence à assimiler les enjeux.


Articles récents