DigitalCMO

La scale-up française lance une solution de télétravail collaboratif déclinée de sa suite digitale d’animation de réunions. Avec Klaxoon Board, la société de Matthieu Beucher s’attaque au marché en pleine expansion du télétravail dominé par les géants de la Tech et change de stratégie marketing. Ce ne sera plus les décideurs du Digital  qu‘il faudra convaincre mais aussi ceux de la Tech. Un enjeu commun à beaucoup de startups du Next40 après cette crise.

Klaxoon revendique 4 000 entreprises clientes et des millions d’utilisateurs dans 120 pays pour sa suite d’outils collaboratifs. Celle-ci se connecte à tous les appareils numériques -smartphone, tablette ou ordinateur- via my.klaxoon.com. Cette série d’applications (nuages de mots, sondage, messagerie en direct, partage de documents, etc.) propose de dynamiser, simplifier et optimiser les réunions d’équipes d’une quinzaine de personnes. C’est la digitalisation du traditionnel paperboard et des Post-it de manière assez ludique et participative. En version cloud pour 50 utilisateurs simultanés, le tarif mensuel est de 49 euros et il faut compter le double pour disposer de la Klaxoon box générant un réseau wifi local.

Le 22 septembre, Klaxoon dévoilait un nouvel outil développé pendant le confinement : le Klaxoon Board, une déclinaison de Klaxoon appliquée notamment au télétravail qui « permet en un seul endroit de disposer d’un espace de travail visuel complet : une interface visuelle acceptant tout type de contenus et de formats, des centaines de modèles de réunions prêts à l’emploi et un accès aux fonctionnalités inédites de visioconférence intégrée » selon le communiqué de presse.

“Board a été conçu sur la base des différentes expériences des équipes qui ont dû travailler à distance pendant le confinement, afin de répondre pleinement à l’hybridité de nos nouveaux modes de travail” explique Matthieu Beucher. Avec un outil de visioconférence qui peut s’interfacer avec Zoom, Teams, Meet et Webex, Klaxoon se positionne sur le marché des solutions de télétravail collaboratif en plein développement depuis le début de la crise sanitaire. Klaxoon Board a vocation à dépasser le cadre des seules équipes d’une entreprise pour être utilisé plus largement avec des partenaires ou des clients, ce qui le positionne en concurrence des solutions déjà présentes sur le marché. Son tarif d’entrée à 9,9 euros par mois (ou 12,90 euros avec la suite Klaxoon) permet des visioconférences rassemblant quinze participants.

De l’app digitale aux exigences de la Tech

Klaxoon est l’une des 40 sociétés françaises du Next 40, ce label lancé en septembre 2019 par le Gouvernement français pour distinguer les startups les plus prometteuses et les licornes de la French Tech. Avec cinq millions d’euros levés en septembre 2016 puis 43 millions d’euros levés fin mai 2018, cette société créée à Rennes fin 2014 par Matthieu Beucher ne se définit plus comme une startup mais comme « une PME au sens traditionnel du terme » comptant 250 employés et un chiffre d’affaires qui « se situe entre 20 et 50 millions d’euros ».

Klaxoon a déjà développé des partenariats avec Microsoft, Dropbox et Samsung et compte des implantations aux États-Unis (Boston, New York). Du point de vue de la rédaction de Digital CMO, développer et commercialiser une application digitale avec succès comme elle le fait est une belle réussite, s’attaquer au marché du télétravail et des solutions de visioconférences semble quand même demander une autre technologie. On le voit par exemple avec Tixeo, une solution française de visioconférence et de télétravail entièrement chiffrée, sécurisée et certifiée. Ce ne sont plus donc les indépendants et les managers qu‘il faut convaincre mais aussi les DSI.

En photo : Matthieu Beucher, créateur et dirigeant de Klaxoon ©Klaxoon





Articles récents