DigitalCMO

C’est finalement Microsoft qui remporte le méga appel d’offres du Pentagone de 10 milliards de dollars pour moderniser les infrastructures informatiques militaires américaines en s’appuyant sur son offre cloud Azure. Pourtant finaliste favori, Amazon perd cette bataille mais pas la guerre mondiale du cloud avec 40% de parts de marché.

Lancé en juillet 2018, l’appel d’offre du JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure) vise à moderniser les systèmes informatiques du Département américain de la Défense datant des années 1980 et 1990. D’un montant de dix milliards de dollars sur une période de dix ans, ce fabuleux contrat opposait Microsoft et sa filiale Azure à Amazon et sa filiale Amazon Web Services (AWS) après que Google se soit retiré de la course en octobre 2018 au motif que le contrat pourrait contrevenir à ses règles en matière d’usage de l’intelligence artificielle ainsi qu’à ses valeurs.

Alors qu’Amazon semblait favori arguant d’un contrat équivalent avec la CIA en 2013 et de sa certification au plus haut niveau d’habilitation de sécurité existant, c’est finalement Microsoft qui a remporté le marché le 25 octobre dernier. A noter qu’IBM, Oracle et Rean Cloud (Hitachi Vantara) avaient également répondu à l’appel d’offres. Quelques belles polémiques ont rythmé l’affaire avec l’hostilité affichée de Donald Trump à l’égard de Jeff Bezos patron d’AWS mais aussi du quotidien Wahington Post pas vraiment complaisant avec le président américain et avec aussi une action en justice d’Oracle contre l’idée d’attribuer le contrat à un seul fournisseur, plainte finalement rejetée par le Justice américaine.

Pour Microsoft qui s’appuiera sur son offre cloud Azure pour déployer des solutions d’infrastructure en tant que service (IaaS) et plateforme en tant que service (PaaS), l’obtention de ce contrat est d’autant plus providentielle qu’elle s’accompagne de la perspective d’être le partenaire privilégié du Gouvernement américain pour 40 milliards de dollars de contrats à venir dans les prochaines années. De son coté Amazon a déposé une plainte (sous scellé auprès de l’United States Court of Federal Claims) alléguant d’un « parti pris incontestable » de la part du Gouvernement lors de l’attribution d’un contrat.

Amazon Web Services leader mondial du cloud

Selon le cabinet Synergy Research qui a concentré son analyse sur les marchés IaaS et PaaS, les quatre leaders du cloud public -Amazon, Microsoft, Google, Alibaba- se partagent 72% du marché mondial au troisième trimestre 2019 contre 57% au début de 2016.  Au troisième trimestre 2019, les dépenses totales mondiales sur IaaS et PaaS public ont atteint 20 milliards de dollars, soit plus de 80% du total des services d’infrastructure cloud.

Avec une croissance moyenne de 40% par an, Amazon Web Services est le leader incontestable avec 40% de parts de marché suivi de Microsoft Azure (19%), Google Cloud (9%), Alibaba Cloud (5%), Salesforce (4%), IBM (3%) et Oracle (2%). A noter que Microsoft est son concurrent ayant le plus progressé passant de 9% début 2016 à 19% aujourd’hui. Les acteurs européens se partagent environ 2% du marché mondial.

En photo : Satya Nadella CEO de Microsoft et Jeff Bezos CEO d’Amazon ©DR


Articles récents