DigitalCMO

DigitalCMO

Alors que  PcW vient de publier une étude indiquant des investissements accrus en 2018 des entreprises en matière de cybersécurité, le capital risque américain continue à investir sur les start-ups plutôt spécialisées en machine learning pour répondre à cette future demande.  

Selon une étude de PcW  87% des PDG  interrogés au niveau mondial déclarent qu’il vont renforcer en 2018 leurs investissements dans la cybersécurité,  notamment pour améliorer  la confiance de leurs clients dans leurs services. Et Presque autant (81%) déclarent dans cette étude  qu’il est nécessaire de créer de la  transparence dans l’utilisation et le stockage des données. Sur fond de RGPD en Europe, le mouvement vers un sur-investissement des entreprises en matière de sécurité et de cybercriminalité semble bien engagé. De quoi booster l’investissement en capital risque dans ce domaine et favoriser l’éclosion de nouvelles start-ups spécialisées notamment dans le machine learning pour prévenir les risques sur les systèmes d’information des entreprises.

4 exemples : Sift Science, DataVizor, Anomali, Vectra Network

Premier exemple de start-up s’appuyant sur le machine learning, Sift Science utilise cette technologie pour détecter et prévenir la fraude par comparaison des comportements sur différents site’s. La start-up agrège les données sur le comportement des utilisateurs de plus de 6 000 sites et applications, ce qui lui permet d’attribuer des scores de risque aux utilisateurs d’un site en fonction de leur comportement sur ces sites. Autre exemple DataVisor  qui s’appuie de son coté  sur un apprentissage machine pour lutter contre la fraude en tout genre (le blanchiment d’argent, le piratage de comptes, les faux avis en ligne). DataVisor a développé  un moteur de règles automatisé, utilisant le machine learning pour générer de nouvelles règles et les comparer avec les règles existantes. La start-up Anomali a développé une plateforme capable d’aller chercher dans des sources multiples des informations sur les cybermenaces. Elle a crée un pont avec son logiciel pour transmettre cette information directement aux pare-feu, aux systèmes de prévention des intrusions, aux outils de gestion de la sécurité et des événements des entreprises sur leur système d’information. Enfin le dernier exemple est celui de Vectra Networks une start-up positionnée sur la cybersécurité à partir de solutions d’intelligence artificielle. Sa solution examine le trafic réseau et les logs système, à la recherche d’indicateurs de fraude pour repérer les attaques de sécurité  et identifier les cibles sur le réseau de l’entreprise et notamment les messageries.

 


Articles récents